Les Verts De Tahiti - section 211

Visitez notre site : http://chez.mana.pf/souche.michel


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Notre nouvelle panthère...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mike le shark
Admin
avatar

Nombre de messages : 3609
Age : 58
Localisation : Mataiea
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Notre nouvelle panthère...   Jeu 26 Jan 2012 - 21:20

la 1ère panthère noire fut le fabuleux Salif Keita le grand buteur des années 70
la seconde fut Alex le brésilien qui avait mis 4 buts à l'OM le 12/12/1999
le troisième fut la panthère Gomis exhilé dans la banlieue de Sainté
une 4ème est entrain de prendre forme...

Gabon Aubamania ! 26/01/2012
Dans sa dernière édition, le quotidien camerounais Le Jour décrit l'Aubamania qui a gagné le Gabon depuis le début de la CAN. Extraits.

"Pierre-Eymerick Aubameyang est déjà une véritable idole dans son pays. Une star qui enflamme les stades. Depuis le début de la Coupe d’Afrique des Nations, ses effigies sont placardées dans les rues de Libreville, la capitale de son pays le Gabon. Certaines sont accompagnées du message suivant : "Avec Eymerick, dévoile la panthère en toi !" Sylvia Bongo, l’épouse du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, lui a fait honneur lors du premier match du Gabon. Elle a suivi toute la rencontre vêtue d’un maillot frappé du numéro 9. Le même que Pierre-Eymerick. Des signes qui ne trompent pas, surtout que, à la 30eme mn du match, lorsque Pierre-Eymerick Aubameyang a marqué le premier but pour le Gabon, Sylvia Bongo et tous les Gabonais présents dans le stade se sont levés pour saluer ce « but qui fera date », à en croire Placide Engandzas, le président de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot)."


_________________
Il ne cause pas...il flingue le requin vert
1er blog vert de Polynésie
http://blagapartahiti.over-blog.org/
ou bien
http://www.facebook.com/pages/Association-Les-Verts-De-Tahiti/116665721698449?ref=ts
ou encore
http://lesvertsdetahiti.wifeo.com/

Allez Saint-Etienne for ever !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blagapartahiti.over-blog.org/
Djangovert

avatar

Nombre de messages : 1853
Localisation : Moorea
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Notre nouvelle panthère...   Jeu 26 Jan 2012 - 21:32

moi je préfère la première qui a marqué plus de 120 buts pour l'ASSE

Attaquant hors pair, plus jeune international du Mali, Salif Keïta, alias "Domingo", fut l’un des premiers joueurs africains à s’imposer en Europe. Véritable globe-trotter, il termine sa carrière aux Etats-Unis où il passe un diplôme de gestion afin de revenir travailler au développement du football de son pays. Retour sur le parcours d’un grand Monsieur du football africain.
Né le 12 décembre 1946, Salif Keïta fut le plus jeune international de l’histoire des Aigles du Mali, évoluant dans l’équipe nationale pour la première fois en 1963 à l’âge de 15 ans. Son palmarès est éloquent : trois titres de champion du Mali avec l’AS Real de Bamako, trois titres de Champion de France avec Saint-Etienne, un Soulier d’argent de 2ème meilleur buteur européen en 1967 et un ballon d’or africain en 1970. Il joue dans les plus grands clubs européens puis termine sa carrière aux Etats-Unis avant de créer le premier centre de formation du Mali.

Salif Keïta joue d’abord pour le Stade malien de Bamako, avec qui il perd la finale de la première Coupe d’Afrique des clubs champions en 1965 devant les Camerounais de l’Oryx de Douala. Il cède une nouvelle fois en finale de la seconde édition un an plus tard, cette fois avec l’AS Real de Bamako, face au Stade d’Abidjan. Mais le jeune prodige est sacré meilleur buteur de la compétition avec 14 buts en 8 matchs et il remporte trois titres de champion du Mali avec l’AS Real. Pourtant, Salif Keita reste l’homme sans titre continental puisqu’il doit aussi s’incliner, toujours en 1965, en finale des premiers Jeux africains à Brazzaville, avant de se contenter une nouvelle fois de la deuxième place lors de la Coupe d’Afrique des Nations en 1972, au Cameroun, face au Congo. Sa renommée, Salif Keita la fera en Europe.

Un taxi pour Saint-Étienne

L’Association Sportive de Saint-Etienne (ASSE), qui domine le football français, dispose d’un correspondant à Bamako qui a repéré la perle rare. En novembre 1967, le club propose un contrat à Salif qui n’hésite pas à quitter clandestinement son pays pour prendre le premier avion, mais sans prévenir le club de son arrivée... A l’aéroport d’Orly, il attrape un taxi et lui donne comme adresse « le stade de Geoffroy Guichard, à Saint-Etienne ». Le chauffeur s’étonne, l’adresse étant à plus de 500 km, mais Salif Keïta, sûr de lui, affirme que le club paiera la course.

L’ASSE paiera effectivement et ne regrettera pas son investissement. Salif Keita marque pour les Verts de Saint-Etienne 120 buts en 149 matches, remportant au passage trois titres de champion de France et un « Soulier d’argent » (récompense pour le deuxième meilleur buteur européen avec 42 buts sur l’année). L’histoire d’amour entre le club et Salif est telle qu’en 1968, l’ASSE prend une panthère noire pour emblème, en hommage à son attaquant vedette. Cette panthère est aujourd’hui encore l’emblème du club, même si nombreux sont ceux qui ont oublié cette origine.

Carrière hors du commun

A une époque où les footballeurs africains ne sont pas nombreux en Europe, Salif Keïta n’hésite pas à beaucoup voyager. En désaccord sur son contrat avec l’AS Saint-Etienne, il quitte le club pour le grand rival : l’Olympique de Marseille (OM). A cause de problèmes administratifs, l’OM souhaite qu’il prenne la nationalité française. Du coup, le joueur part pour Valence où il évolue trois saisons. Il passe ensuite trois années au Sporting de Lisbonne puis termine sa carrière au Boston Team, aux Etats-Unis, où il décroche dans le même temps un diplôme de gestion. Il rentre au pays en 1986.

Après un bref passage au gouvernement comme ministre délégué auprès du Premier ministre, Salif Keita gère son hôtel, "Le Mandé", sur les bords du fleuve Niger. Mais souhaitant mettre son expérience au profit des plus jeunes, il crée le centre de formation de jeunes footballeurs Salif Kéïta (CSK), qui a formé bon nombre des actuels internationaux du Mali. Il participe activement, de par son poste de conseiller du président du comité d’organisation de la Can (Cocan), à l’organisation de la 23ème Can au Mali. Mais aujourd’hui, c’est sur les épaules de Seydou Keïta, formé au CSK et élu meilleur joueur de la Coupe du Monde des juniors Nigeria 99 et actuellement au RC Lens, que repose l’espoir du Mali. Salif Keïta promet à son disciple une aussi belle carrière que la sienne. C’est déjà beaucoup.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mooreanews.com/
Djangovert

avatar

Nombre de messages : 1853
Localisation : Moorea
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Notre nouvelle panthère...   Ven 10 Fév 2012 - 18:24


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mooreanews.com/
Djangovert

avatar

Nombre de messages : 1853
Localisation : Moorea
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Notre nouvelle panthère...   Ven 10 Fév 2012 - 20:51



le récital d'Alex
il en a marqué des tonnes notre panthère des surfaces
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mooreanews.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notre nouvelle panthère...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Notre nouvelle panthère...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Les Verts De Tahiti - section 211
 :: Les forums :: Le chaudron
-
Sauter vers: